Liste des documents trouvés pour "Comelade, Pascal"
retourner à l'index

Sans les yeux

.RR
.(mai 1998)
.abonnés

"Ce qui me touche, c'est le grain originel, le son des débuts, d'où qu'il vienne" (1/3)

Amateur de musiques populaires sans apprêt, passeur (à la moulinette) de moult références, PASCAL COMELADE était un candidat tout désigné pour l'exercice du blind-test. La preuve avec cette séance d'écoute-fleuve, où sont abordées entre autres les notables questions du dépouillement lyrique, du virtuosisme poétique, du pianonanisme et de la haine du tourisme musical.

Sans les yeux

.RR
.(mai 1998)
.abonnés

"Ce qui me touche, c'est le grain originel, le son des débuts, d'où qu'il vienne" (2/3)

Deuxième volet du blind test géant avec PASCAL COMELADE. Où s'imposent sur le tapis des sujets aussi divers que l'histoire officielle de la musique, le coupable esprit de sérieux des mystiques, la corporation des accordéonistes, la pathologie de l'amateur de reprises et – tiens, on y revient – la haine du tourisme musical.

Sans les yeux

.RR
.(mai 1998)
.abonnés

"Ce qui me touche, c'est le grain originel, le son des débuts, d'où qu'il vienne" (3/3)

Il fallait en finir avec le blind test marathon de PASCAL COMELADE. Dans l'ultime ligne droite se profilent donc quelques considérations sur Pop corn en boîtes de conserve, la fanfare comme meilleure façon de marcher, la belle voix de Nick Drake, la belle âme de PJ Harvey et les Français qui chantent la bouche pleine.

La musique dans les textes

.RR
.(janvier 2000)
.abonnés

Pascal Comelade - "Ecrits Monophoniques Submergés"

Il est reconnu pour ses qualités de musicien hors-les-lois : PASCAL COMELADE est aussi un redoutable contrebandier du verbe. En témoigne ses Ecrits monophoniques submergés, somme de divagations érudites et fantaisistes, qui sont autant d'antidotes contre la spécialisation du goût et la mort du langage.

Bandes à part

.RR
.(juillet 2001)

"Je ne suis pas un bon client pour le cinéma"

A force de lire et d'entendre que sa musique instrumentale “appelait l'image”, Pascal COMELADE, dans les années 90, s'est dit qu'il avait peut-être sa place dans l'univers des BO. Revenu de plusieurs expériences malheureuses, cet amateur éclairé de musiques de films racontait dans cet entretien de 2001 ses déboires avec le milieu.

taille du texte

A+ | A | A-

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO