Les Disques manifestes


"Tropicália", vestiges et modernité dans le jardin de la brutalité

En 1968, alors que la dictature militaire durcit progressivement le ton, un collectif de musiciens brésiliens s'interdit de s'interdire et enregistre avec panache Tropicália ou Panis et Circensis. Un disque provocateur et audacieux qui pose les bases esthétiques d'une révolution musicale et poétique sans précédents, où les vestiges d'un temps retrouvé se conjuguent à une modernité débridée.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°6 (2,5 €)