Grand Entretien


"Toucher à l'inimaginable" (1/2)

Des musiques de genre de l'orchestre de son père jusqu'aux chansons sans étiquette de ses albums solo, de ses premières exactions au sein du collectif barré Henry Cow jusqu'à ses compagnonnages fertiles avec Peter Blegvad, Robert Wyatt, Karen Mantler ou Silvain Vanot, JOHN GREAVES laisse depuis quarante ans la trace insaisissable et aérienne d'un touche-à-tout doublé d'un équilibriste. Présence toujours mouvante et nécessaire dans le paysage sonore de ceux qui n'ont pas renoncé au désir ni à la curiosité, le Gallois reste le fringant porte-parole d'une certaine idée du décloisonnement musical, associant les forces du plaisir et de la réflexion. En témoigne ce long entretien, accordé alors qu'il planche sur un opéra, dernier volet de son triptyque consacré à Paul Verlaine.

Playlist John Greaves : de Henry Cow à l'album Kew.Rhone. [1969-1977]

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°32 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(octobre 2011)

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 32.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO