A bâtons rompus


"Que chaque note soit sacrée..."

Au milieu des années 2000, VIC CHESNUTT se cherche un peu, son inspiration semble s'être diluée. Jusqu'au moment où l'Américain croise les musiciens du label montréalais Constellation : de cette collaboration naîtront deux merveilles d'albums (en écoute ci-dessous), dont l’âpre beauté ranimera son lyrisme crépitant et le perchera sur des crêtes d'intensité jamais atteintes. Le chant du cygne d'un homme qui, lors de cette dernière rencontre, raconte comment il est revenu à l'essence la plus inflammable de son art.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°39 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(août 2007)

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 39.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO