Les irréguliers


"La musique peut disparaître de ma vie sans crier gare"

STINA NORDENSTAM existe, nous l'avons rencontrée. Une première fois via fax en 1999, alors qu'elle convoquait "les fantômes de la culture pop" avec son album de reprises People are Strange. Une seconde fois en chair et en os en 2001, alors qu'elle sortait This Is, son avant-dernier signal avant sa disparition des écrans radars.
Souvenirs et éloge d'une absente.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°46 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(1999-2001)

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 46.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO