Grand Entretien


"J'aime que la beauté me désoriente"

Depuis trente ans, le New-Yorkais DAVID GARLAND sonde et exploite les ressources expressives les plus insoupçonnées du songwriting, dans des disques qui font honneur à la largeur d'esprit et à la curiosité sensible de l'auditeur. Dans le sillage de sa merveille de dernier album, entretien avec un musicien fâché avec la routine, également homme de radio et passeur hors pair.

 

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°44 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(avril 2012)

Page 1 / 4


Partager
 
article publié dans le n° 44.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO