A bâtons rompus


"Je me le répète souvent comme un pense-bête : soyons flous !"

Poète de l'ambiguité, arpenteur patient des open fields reliant jazz et classique, le contrebassiste et compositeur JEAN-PHILIPPE VIRET retrace avec nous la tangente qui l'a notamment mené jusqu'aux beautés non balisées de son Trio.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°3 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(novembre 2010)

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 3.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO