Grand Entretien


"Il faut créer sa propre beauté pour survivre"

Savantes volutes de guitare, voix à la blancheur aveuglante, rêveries électroniques, pianotages en apesanteur… Tout au long d'un parcours débuté aux temps lointains du post-punk mancunien, Vini REILLY, l'homme presque seul de THE DURUTTI COLUMN, a élevé la chanson au rang d'art plastique. En 2005, nous avions eu la chance de rencontrer longuement ce créateur aussi discret que sûr de ses choix, cachant sous son corps frêle et ses airs timides un monstre d'endurance, d'intégrité et de musicalité. Entretien inédit.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°45 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(septembre 2005)

Page 1 / 5


Partager
 
article publié dans le n° 45.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO