A bâtons rompus


"On en revient au fond toujours au silence"

Leur album le prouve : les dialogues entre le guitariste PEDRO SOLER et son violoncelliste de fils GASPAR CLAUS vont au-delà d'une simple histoire de famille. Chez eux priment les liens du son, filés dans les fibres du jeu juste, de l'écoute profonde, de l'expérience et du doute. Et aussi le silence, géniteur et enfant d'une musique qui sait transcrire ce que vivre veut dire : au bout de tout compte, il ne s'agira jamais que de "retomber en poussière, mais en poussière amoureuse". Entretien.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°46 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par SM & RR

.(février 2012)

Page 1 / 5


Partager
 
article publié dans le n° 46.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO