A bâtons rompus


"Comme une branche séparée du tronc"

Soyons honnêtes : l'Autrichien Michael MANTLER, n'est pas le compositeur le plus réputé de la planète. De quelle faute cet homme marchant à la lisière du contemporain et du jazz s'est-il rendu coupable ? Pourquoi est-il cité avec autant de parcimonie dans les gazettes ? Pourquoi certains critiques lui ont-ils collé la décourageante étiquette de "musicien pour musiciens". Il y a dix ans, nous nous posions déjà ces questions en sa compagnie.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°35 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(mai 2001)

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 35.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO