A bâtons rompus


"Le passé n'est jamais fini"

Avec ses lumineuses transcriptions des œuvres de Scarlatti, Gesualdo ou Bach, le génial compositeur italien SALVATORE SCIARRINO a jeté un éclairage nouveau sur l'histoire de la musique, qui est aussi une manière d'"écouter le monde différemment".

→ Cet article sera mis en ligne prochainement

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°32 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(novembre 2004)

Page 1 / 1


Partager
 
article publié dans le n° 32.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO