A bâtons rompus


"Mon son est la seule chose que j'aime vraiment dans mon jeu..."

Un timbre patiné, un lyrisme nu qui se soustrait aux embarras de l’emphase, des phrasés précis et volatils : le trompettiste ENRICO RAVA s'explique sur la griffe sonore qui a fait de lui l'un des plus fins stylistes du jazz.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°29 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(juillet 2004)

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 29.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO