Session Absolue


#26 : Piers Faccini présente GNUT

Après avoir joué ici même les semeurs de beauté dans notre n°25 (cf. sa reprise maison de Cammina Cammina de Pino Daniele), Piers FACCINI investit à nouveau l'espace de la Session Absolue, cette fois-ci en tant que découvreur et passeur. Dans son home studio gardois, le singer-songwriter a en effet pris l'informelle habitude d'héberger et d'enregistrer les musiciens qui lui sont proches et dont il goûte la singularité. Avant la Brésilienne Dom PINTO la semaine prochaine, voici le Napolitain Claudio DOMESTICO, alias GNUT, qui n'est pas seulement le beau-frère de Piers, mais aussi et surtout un auteur de chansons de première classe.


Piers Faccini : "Claudio, qui est mon beau-frère, est originaire de Naples. Il a toujours su qu'il voulait être musicien. A l'âge de 6 ans, il était déjà avec sa petite guitare, à essayer d'écrire des chansons. Quand je l'ai rencontré, il avait 21 ou 22 ans – il en a 30 aujourd'hui – et possédait déjà une direction, une écriture et un jeu bien à lui. Pour lui, je suis un peu devenu le grand frère. Il a enregistré un album autoproduit, avec quelques chansons très belles, mais qui est très bordélique, très napolitain dans l'esprit – c'est lui et tous ses potes qui jouent en même temps... C'était naturel qu'on bosse ensemble un jour. Avec son bassiste, son batteur et son ingé son, on s'est installés dans le mazet qui, derrière la maison, me sert de home studio, dans l'idée de réaliser l'album en dix jours. Et ça a été magique : tout s'est posé et a pris forme de manière limpide.
L'enregistrement date de 2008... Il nous a fallu un peu de temps pour trouver l'argent pour le mix, qui a été réalisé en studio. Après, le milieu du disque, en Italie, c'est très compliqué... Il y a de très belles choses dans le paysage musical indépendant, avec un bon image-gnutsession1réseau de concerts ; mais côté disques, distribution, radios, c'est vraiment la galère. Et puis, récemment, contre toute attente, un des morceaux les plus calmes de Claudio est passé sur une radio plutôt commerciale : ça a éveillé la curiosité autour de lui, et son album doit normalement sortir en novembre. J'en suis très heureux, parce que j'ai toujours cru en ce disque et en Claudio, qui est quelqu'un de très charismatique et touchant.
En Italie, on retrouve le même phénomène que dans beaucoup de pays non anglophones : il y a plein de groupes qui ont leur petit succès national en écrivant des chansons en anglais. Mais c'est souvent de la simple imitation et je trouve ça fatigant. Claudio, lui, n'est pas du tout tenté par ça. C'est un authentique auteur, avec une vraie recherche et une vraie passion pour les mots ; et même si l'on ne comprend pas l'italien, l'énergie et l'intensité qui sont derrière les mots font passer un sens. Mais ce qui le rend aussi intéressant, c'est qu'il n'est pas seulement influencé par la musique italienne : il écoute un peu de tout, et auprès de lui j'ai un peu ce rôle aussi de lui faire découvrir des choses. S'il a encore un peu de mal à trouver sa place dans son pays, c'est justement parce qu'il a cet éclectisme, ces références et cette façon de faire qui ne sont pas sur les radars des gens qui, dans le milieu musical, ont des situations de pouvoir. Mais je suis convaincu qu'il est sur le bon chemin."

Belle écoute.

 

"Credevo Male" (Claudio Domestico)

Claudio Domestico : voix, guitare acoustique, glockenspiel
Piers Faccini : voix, guitare acoustique, shaker, kora.
Piero Batiniello : choeurs.

Enregistré en août 2008 dans le home studio de Piers Faccini.

. La page MySpace de GNUT.
. Crédit photo une : Francesco Prandoni.

 

taille du texte

A+ | A | A-

Page 1 / 1


Partager
 
article publié dans le n° 26.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO