Session Absolue


#21 - Bruno Fleutelot

Du songwriting tourné vers l'Ouest (le duo OBOKEN) à la musique instrumentale gagnée par le silence (les albums solo Private et [ozo viv]), de ses échappées avec l'image ou le théâtre à son compagnonnage comme bassiste avec FAUVE ou RAPHELSON, BRUNO FLEUTELOT est de ces silhouettes furtives et insaisissables que le gros du public et de la critique ignore. Ceux qui l'ont repéré dans le paysage musical savent pourtant combien il y inscrit depuis quinze ans une marque à nulle autre pareille.
Ouvrir l'espace de la Session Absolue à ce bâtisseur de formes évasives était une sorte d'appel à la rêverie et à la dérive. Mission accomplie dans les ondes intranquilles de l'instrumental Fragile quiétude, qui suspend la mélodie du temps comme pour mieux en sonder la trame secrète.

"Quatre heures, du branchement de la guitare jusqu'au fichier mp3 final. Voici la limite que je me suis fixée pour essayer de jouer le jeu de ces Sessions. Moi qui passe parfois jusqu'à deux années sur un morceau, le pari était pour le moins stimulant.

Une Epiphone, un vieux delay digital, une pédale de loop, beaucoup de tâtonnements puis une suite de prises qui s'enchaînent les unes aux autres relativement facilement. Puis, essayer d'aller à l'essentiel, se poser le moins de questions possible, choisir, trier, renoncer, épurer et tenter d'assembler ce qui reste.

Quelques bidouilles informatiques plus loin, je crois être venu à bout de cette Session !

Merci infiniment à Richard pour cette invitation, et bonne écoute.

                                                                        Bruno FLEUTELOT"

Nous dirons même plus : belle écoute.

"Fragile quiétude" (Bruno Fleutelot)

Enregistré le 15 juin 2011 au domicile de l'auteur.

La page MySpace de Bruno Fleutelot.

Photo : Philippe Garcia.

taille du texte

A+ | A | A-

Page 1 / 1


Partager
 
article publié dans le n° 21.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO