Grand Entretien


"Les films, en vérité, c'est dans la tête qu'ils se passent"

Avec des disques consacrés à Bernard Herrmann et au film noir, le pianiste de jazz STÉPHAN OLIVA a posé les bases flottantes et épurées d'une esthétique transversale, relisant et revivant le cinéma à travers les prismes de l'improvisation, de l'expérience sensible, de la psychanalyse et de la mémoire. Plongée dans les arcanes d'un passionnant travail de recréation.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°12 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(avril 2011)

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 12.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO