A bâtons rompus


"Comme une forme de justice poétique"

Des aînés dont il se revendique l'héritier (Debussy, Bach, Coltrane...) aux contemporains et cadets qui le fêtent comme une inspiration majeure (Eno, Bowie, les DJ...), ce bon vieux STEVE REICH exprime son plaisir d'être l'éminent maillon d'une longue et fort belle chaîne de transmission.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°11 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(avril 2001)

Page 1 / 1


Partager
 
article publié dans le n° 11.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO