Session Absolue


#09 - Norberto Lobo

Avec le guitariste portugais NORBERTO LOBO, la Session Absolue devient une forme de miracle instantané. Une seule prise, huit minutes de haute voltige poétique, de virtuosité calquée sur les battements d'un cœur voué à la plus juste des démesures, et hop : un pur moment de magie musicale mis en boîte.

Voici donc Charleston para Jack et Balada para Lhasa, deux perles enfilées comme d'autres enchaînent les prodiges.

Aux yeux – et surtout aux oreilles – de certains, la virtuosité serait une maladie grave, une sorte d'infection dégénérative atteignant les instrumentistes ayant perdu tout sens de la mesure et les marques les plus élémentaires de lucidité. Soit : lorsqu’elle va plus vite que la musique qu’elle est censée porter, qu’elle la dépasse et la laisse en plan, la virtuosité n’est en effet rien d’autre qu’un dérèglement pathologique du langage.

Mais chez un homme comme NORBERTO LOBO, dont les mains dansent sur le manche de sa guitare avec des grâces de ballerine, la virtuosité retrouve sa forme la plus pure : celle d’un juste affolement du cœur et d’une saine précipitation de la pensée. Parvenu jusqu'à nous via son album Pata Lenta, le nom de ce guitariste portugais, naviguant entre Lisbonne (beaucoup) et Paris (un peu) comme entre moult projets tous plus aventureux les uns que les autres, sonne depuis quelques bons mois comme un précieux sésame, un mot de passe partagé par tous ceux qui ont eu l'insigne honneur d'écouter et de rencontrer ce digne descendant du briton apatride Davey Graham.

N'ayant pas de goût particulier pour les cachotteries, ni pour les plaisirs réservés à quelques happy few, L'Oreille Absolue décrète qu'il est temps que ce secret soit enfin éventé et révélé au plus grand nombre. En préambule de son album Fala Mansa, à paraître le 11 avril prochain, et d'un entretien à venir ici même dans quelques semaines, voici donc deux pièces en or taillées et polies par un homme qui, on vous l'assure, fera la fortune de vos tympans. Et qui, au passage, a la noblesse de rendre hommage à deux regrettées belles âmes - Jack Rose et Lhasa de Sela.

Belle écoute.

 

"Charleston para Jack / Balada para Lhasa" (Norberto Lobo)

Norberto Lobo : guitare classique, voix.

 

Enregistré le 20 mars par Richard Robert dans les bureaux parisiens de L'Oreille Absolue.

Photo : Eloïse Decazes.

taille du texte

A+ | A | A-

Page 1 / 1


Partager
 
article publié dans le n° 9.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO