Notes du sous-sol


#06 - T'es tellement incompris

"L'autre jour dans un journal anglais, je lisais une vieille interview de Roy Harper. (Vous voyez qui ? Non ? C'est normal…). Roy, notre ami, se désolait de ne pas avoir de succès. "Non, je comprends pas : mes disques sont bien meilleurs que ceux des autres. Désolé, je comprends pas." Nick Drake, aussi, lui, ne comprenait pas pourquoi. Oui, pourquoi Nick Drake, dont la musique habille maintenant des pubs pour les voitures, n'a de son temps jamais eu de succès ? Et Tim Buckley ? Bah moi je sais pourquoi ils ont pas eu de succès en leur temps. Cherchez pas. Je sais."

La chronique de Pascal BOUAZIZ.


"I'd like to thank our sponsor…
But, wait! We haven't got a sponsor"

Shellac, The End of Radio

"I'd like to thank you all for nothing."
Wilco, Misunderstood

"Parlons peu, parlons de moi."
Jackie Berroyer


Parlons peu, parlons de moi… Pourquoi pas ? Bonne idée, Jackie. Merci. C'est un peu gênant, c'est vrai, mais merci, oui, allons-y, allons-y puisque tu insistes…
Dans mes plus vieux fantasmes de Victoires de la Musique, si jamais, si jamais, un jour Mendelson devait gagner les Victoires de la Musique – vous dire le fantasme –, je m'étais toujours promis que je ferais un spécial discours de non-remerciements : "Alors, je voudrais tout spécialement ne pas remercier machin et truc, qui ne nous ont spécialement pas aidés. Je m'en voudrais d'oublier machin et machine, qui non seulement ne nous ont jamais aidés mais nous ont en plus mis des bâtons dans les roues. Une spéciale dédicace à truc et trucette, sans qui tout ça est quand même, malgré eux, bien arrivé… Etc… Mes excuses à tous ceux que j'oublie de ne spécialement pas remercier ici ce soir…" Vous dire le fantasme… On s'endort la nuit comme on peut. Tout ça c'est bien fini docteur, oui, ne vous inquiétez pas. Tout ça est bien image-incompris1fini. Maintenant le fantasme c'est en 2053, mon fils qui vient chercher la récompense. Victoire d'honneur. "S'il te plaît, mon petit bébé, tu penseras à prendre la liste noire avec toi ? Si tu me lis, dans 42 ans, elle est dans le tiroir de gauche."

L'autre jour dans un journal anglais, je lisais une vieille interview de Roy Harper. (Vous voyez qui ? Non ? C'est normal…) Roy, notre ami, se désolait de ne pas avoir de succès. "Non, je comprends pas : mes disques sont bien meilleurs que ceux des autres. Désolé, je comprends pas." Nick Drake, aussi, lui, ne comprenait pas pourquoi. Oui, pourquoi Nick Drake, dont la musique habille maintenant des pubs pour les voitures, n'a de son temps jamais eu de succès ? Et Tim Buckley ? Bah moi je sais pourquoi ils ont pas eu de succès en leur temps. Cherchez pas. Je sais.

C'est pas sorcier. Suffit d'écouter leurs disques. Est-ce que tu peux danser comme un foufou sur du Nick Drake ? Est-ce que tu peux penser à autre chose, genre faire ta page Twitter dans le métro, en écoutant Starsailor ? Est-ce que tu peux faire l'amour comme un surdingue à ta nouvelle cop's en écoutant Roy Harper ? Laisse tomber… Si tous ces disques n'ont pas eu le succès que soit disant ils méritaient, c'est pas la faute des gens. C'est la faute de ces disques-là qui n'aimaient pas assez les gens. Pas assez pour leur donner ce qu'ils voulaient. Salaud de Nick Drake. Ah vouloir se la jouer perso avec tout son talent.


"Can you hear me now?"
Shellac, The End of Radio


Bon toutes proportions gardées (pas la peine de m'écrire), Mendelson, Nick Drake, Tim Buckley, même combat. Pas assez le talent de faire des disques pour les gens. A vrai dire on y pense même pas en le faisant. A quoi on pense ? "On pense à tout à rien. On doit trafiquer quelque chose. En attendant le jour qui vient." Comme dit Aragon. Ben nous c'est pareil. (Pas la peine de m'écrire) A peu près... Non, reprends-je, les disques qui marchent vraiment, sur le coup, pas 20 ans après, sont les disques de gens qui le veulent avant tout, qui veulent avant tout que ça marche et pas juste trafiquer quelque chose. Un exemple ? Sans problèmes... Un exemple ? Brigitte Fontaine. Sa dernière chanson, là, que j'ai entendue à la radio, hier. Bon c'est pas mal écrit, c'est propre, c'est un peu malin, bien foutu, y a une chute qu'est rigolote. Bravo ! Que je me souvienne ni du titre, ni de quoi image-incompris2ça parle est une chose, mais il est évident quand on l'entend chanter, qu'elle n'est plus du tout là pour trafiquer quelque chose. Elle est là pour que ça paye, coco. Et je dis ça sans malice. Je trouve ça important que ça paye pour Brigitte Fontaine. Ça ne tiendrait qu'à moi, elle serait déclarée d'utilité publique, monument national et financée par l'Unesco. Brigitte Fontaine, ce coup-ci, elle est venue avec un "maître plan" : que tous ces crétins qui prétendent l'adorer, ("Brigitte, crache-moi dessus, t'es trop folle, je t'adore, j'ai lu ton interview dans Télérama") achètent enfin ses disques. Bon, par comparaison, on écoute Comme A La Radio, là, tout de suite en guise de test. La fille qui fait ça, qui chante ça, elle n'est là pour personne. Elle vit dans sa tête et elle ne parle qu'à ses semblables. Et ses semblables, elle n'est même pas tout à fait sûre qu'ils existent. En bref, docteur, tous ceux qui réussissent le veulent sérieusement et avant tout. Bon, tous ne réussissent pas, non, ouf, fort heureusement, mais dans ceux qui réussissent, il n'y a pas d'exception. Tous l'ont voulu. Tous ? Sans exception ?
Sans exception voire… Il y a toujours le malentendu. Ah le fameux malentendu… "Hum ouais, ça pourrait le faire… Sur un malentendu." comme dit ma copine Virginie. Victoires de la Musique plus malentendu, et voilà que je repense à Dominique A. Ah ma jeunesse enfuie, Dominique A aux Victoires de la Musique ! Dans le petit monde qu'était le mien, à l'époque, le petit monde qui gravitait plus ou moins mollement en orbites plus ou moins lointaines autour du label Lithium, le passage de Dominique A aux Victoires de la Musique, c'était le choc. Un mélange de "Non c'est pas croyable" et de "Ainsi donc c'est possible" ?? Oui c'est possible. C'est possible, quand même. Un gars comme nous ! Oui c'est possible mais… Sur image-incompris3un malentendu. Pour qui Dominique a-t-il été pris ? Avec qui l'a-t-on confondu ? En tout cas avec sa performance ce soir-là, les gens ont bien vite compris leur méprise : qu'est-ce qu'il chante ? Allez écouter, écouter bien je veux dire, parfois les vrais punks ont un petit pull trop court, et pas des tripotées de bergers allemands dans une main, les six-huit dans l'autre.

Sur un malentendu, il peut arriver, personne n'est à l'abri, que même les gens de talent qui font des disques pour faire des disques, et pas autre chose, il peut arriver, gaffe-toi !, que ces gens-là aient du succès. Après peut-on courir après un malentendu pour espérer finalement avoir du succès ? Je sais pas. Peut-être.

Mais oui, mais j'y pense, excusez-moi de m'interrompre, c'est peut-être ça qu'a réussi Katerine, avec Robots Après Tout (avec Comme à la radio, justement, un des dix meilleurs disques français de ces quarante dernières années) : organiser son propre succès en mettant en scène son propre malentendu ! Trop fort ! Il est trop fort ! Et c'est pour ça qu'il est obligé d'organiser son propre suicide avec l'album qui suit ! Ah dieu, je suis extra-lucide, je comprends tout aujourd'hui ! Je vois ! Je vois à travers les gens ! Ouh la, stop, calmos, calmos, pepito ! Oui reprenons.


"You're so misunderstood"
Wilco Misunderstood


Ces temps-ci, Michel Cloup sort un album. Michel Cloup, ex-Lucie Vacarme, Diabologum, Expérience, Binary Misfit Audio… Le fait que ce soit un ami n'empêche pas d'en dire du bien. Croyez-moi. Bien au contraire. Si vous savez comme ça fait du bien quand vos amis font des belles choses. Il y a parmi ces chansons, quelques unes dont on parlera encore dans 15 ans.
L'année dernière, Lou a sorti un album. Et après on verra. Il est beau. Très beau. Elle chante parfaitement sans une once de faute de goût, des textes très bien écrits, sans faute de goût… Les musiques sont belles. Très belles. Que voulez-vous que je image-incompris4vous dise… Ces gens-là c'est comme s'ils faisaient exprès !
Récemment, cette année, Les Olivensteins ont sorti leur premier album. Avec seulement un peu plus de 30 ans de retard sur la date de sortie prévue. Que voulez-vous que je vous dise… Ces gens-là c'est comme s'ils faisaient exprès ! Je veux pas avoir l'air de le dire, mais puisque ces chansons ont déjà trente ans, elles devraient enfin plaire à tout le monde. A raison. Elles avaient trente ans d'avance, elles étaient pile de leurs temps et elles sont parfaites. Les seuls vrais punks français, qui chantaient en français, des chansons aussi fortes que les anglais et les meilleurs, cherchez pas, y en a pas d'autres, c'était eux. Les autres, qui veut vraiment s'en souvenir ?
Les deux premiers titres de l'album sont imparables.

Mendelson, de son dernier album au succès inespéré, a vendu 4 000 disques. Selon les chiffres provisoires 2010 de la sécurité routière, 3 994 personnes ont été tuées sur les routes en 2010. Je sais pas trop ce que ça veut dire ce rapprochement… Non, non, c'est désolant image-incompris5ce rapprochement. Qu'est-ce que ça veut dire ? C'est n'importe quoi. J'y pense c'est tout.
Je me demande si c'est un hasard que la première personne qui m'ait parlé des Olivensteins, ce soit Vincent Chauvier, patron du label Lithium. En toute modestie, toutes proportions gardées, je m'excuse mille fois, mais il y a comme une ligne là de gens, tous ceux-là précités, qui se parlent entre eux, et qui se parlent à eux-mêmes beaucoup plus fort que ceux qui parlent à tout le monde. Peut-être que c'est ma plus grande victoire de la musique de parfois avoir l'outrecuidance de penser, certaines nuits, que, moi aussi, en toute modestie, peut-être, (peut-être, gna gna gna, si ça se trouve, blah blah blah, en toute modestie bouh bouh, si je peux me permettre...) j'en fais un peu partie. Que voulez-vous… Chacun s'endort comme il peut.


Wilco Misunderstood

When you're back in your neighborhood
The cigarettes taste so good
But you're so misunderstood
You're so misunderstood
There's something there that you can't find
You're honest when you're tellin' a lie
You're hurt but you don't know why
You love her but you don't know why
Short on long term goals
There's a party there that we oughtta go to
Do you still love rock and roll?
Do you still love rock and roll?
It's only a quarter to three
Reflecting off the L.C.D.
You're looking at a picture of me
You're staring at a picture of me
Take the guitar player for a ride
Cause He ain't never been satisfied
He thinks he owes some kind of debt
Be years before he gets over it
There's a fortune inside your head
All you touch turns to lead
You think you might just crawl back in bed
The fortune inside your head
You know you're just a mama's boy
Positively unemployed
So misunderstood
So misunderstood
I know you've gotta a God shaped hole
You're bleeding out your heart full of soul
You're so misunderstood (x4)
I'd like to thank you all for nothin'
I'd like to thank you all for nothin' at all
I'd like to thank you all for nothin'
Nothin' (x4)
Nothin' at all
Nothin' (x3)
Nothin' at all

Pascal BOUAZIZ

(prochaine chronique dans le n°30 du 30 septembre 2011)

taille du texte

A+ | A | A-

Page 1 / 1


Partager
 
article publié dans le n° 26.
Voir cette édition.

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO