Grand Entretien


“Un étranger dans l'étrange pays des musiciens” (1/2)

Septembre 1997 : pas vraiment gâté par les années 90, qui l'ont vu sortir des radars de l'actualité et traverser une forme de désert personnel, ROBERT WYATT semble presque ressortir par miracle de sa tanière avec l'album Shleep : une merveille de chaleur et de malice, un manifeste coloriste illuminé par une nuée de mains amies, magnifié par une écriture sans contraintes et par cette voix à nulle autre pareille, ce chant d'oiseau voyageur et sans patrie. Une bonne occasion de retrouver, pour un entretien au long cours, ce grand enfant égaré à tout jamais dans la musique – qui serait à la fois son grand fond, son rêve, son bain amniotique et son terrain de jeu.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°48 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.(septembre 1997)

Page 1 / 4


Partager
 
article publié dans le n° 48.
Voir cette édition.

A LIRE EGALEMENT

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO