Sans les yeux


“Rien ne saurait ternir mon amour pour la musique” [2/2]

Nous avons ouvert d'autres bouteilles, sorti d'autres disques, fourbi d'autres questions... Mais nous avons gardé les oreilles bien dégagées et grandes ouvertes de ROBERT WYATT : suite et fin de notre blind-test panoramique et rêveur amorcé.

Pour visualiser cet article, merci de vous connecter si vous êtes abonnés...

VOUS ETES ABONNES, CONNECTEZ-VOUS



Mot de passe oublié ?

VOUS N'ETES PAS ABONNES, INSCRIVEZ-VOUS

Choisissez votre formule (à partir de 2,5 €), créez votre compte et rejoignez L'Oreille Absolue.
 


Je ne suis pas inscrit et je veux juste acheter le n°48 (2,5 €)

taille du texte

A+ | A | A-

par RR

.

Page 1 / 2


Partager
 
article publié dans le n° 48.
Voir cette édition.

A LIRE EGALEMENT

Suivez L'Oreille...


LE CREUX DE L'OREILLE, EN ECOUTE DANS CE NUMERO